Le projet ALUcinant
d’EISENIA

Eisenia se lance dans une nouvelle aventure ! Gravitant toujours autour des déchets, l’association s’attaque à un autre oublié du recyclage : l’aluminium. Dans la droite lignée des précédents, le projet ALUcinant allie des préoccupations économiques, sociales et environnementales.

Le recyclage de l’aluminium aujourd’hui

L’aluminium est un métal très avantageux à récupérer. Il peut se recycler infiniment à 100 %, sans perdre aucune de ses qualités. De plus son recyclage ne consomme que 5 % de l’énergie initialement nécessaire pour sa production. Couplé au fait que la demande augmente, le recyclage de l’aluminium rapporte davantage qu’il coûte.

img_0436

En France, seulement 32 % de l’aluminium issu des déchets ménagers est recyclé, et 57 % des canettes. Nos voisins allemands et suisses recyclent eux plus de 90 % de leurs canettes, grâce à des mécanismes simples comme la consigne. En 2012, 1,3 milliards de canettes utilisées hors domicile n’étaient pas collectées. Effectivement les poubelles de tri sélectif sont rares dans les rues ou sur les lieux de consommations habituels.

 Le projet

Non sens écologique et économique, l’absence de mise en place de méthodes de recyclage à la source des canettes nous a interpellé. Le projet ALUcinant, en réponse à ce constat, consiste en l’installation de conteneurs à canettes accompagnés de presses dans les lieux de consommation gourmands en aluminium : snacks, clubs de sports, événements,…
Cet aluminium sera ensuite collecté par un réseau de bénévoles et de personnes en insertion avec lesquelles nous travaillons déjà au quotidien (Alynéa, Aralis, SACVL, Fondation Abbé Pierre,…).
Le but est que la revente de cette manne soit répartie entre les salariés en réinsertion et les autres projets d’Eisenia conjuguant ambitions sociales et environnementales.

Les motivations du projet sont multiples :

– Écologique :
plus d’aluminium recyclé c’est moins d’énergie utilisée
pour en fabriquer et moins de canettes dans la nature.

– Sociale :
création d’emplois d’insertion, implication de bénévoles,
de commerçants et d’habitants du quartier.

– Pédagogique :
par la signalétique et le geste de pressage des canettes, on vise
à sensibiliser des usagers et des lieux qui font habituellement peu de recyclage.

– Économique :
création d’un projet financièrement autosuffisant permettant de financer d’autres actions de l’association.